Tarascon : l’art et la manière de ne pas oublier…

publié le 15 oct. 2017 à 14:58 par Banda Bomberos de Ganac

Tel est l’objectif de l’association Federico Garcia Lorca, créée, il y a vingt ans, pour garder vivant le souvenir de l’arrivée des réfugiés espagnols en Ariège et en particulier ici, à Tarascon…

Pour cet anniversaire, nous aurons à cœur  d’animer avec d’autres musiciens et d’autres danseurs, cet après midi du souvenir, jusqu’au repas traditionnel et typiquement espagnol auquel nous serons tous conviés…

 

Rendez-vous, place Garrigou !…

 

Pour l’occasion, l’heure du rendez-vous est sérieusement avancée…

Les déjeuners ont été rapides, et certains n’auront que la promesse du dîner pour unique carburant…

Ces timings trop tendus poussent parfois à la faute et il me semble avoir croisé, « à l’insu de mon plein gré », l’œil électronique et sournois du ministère des finances…

 

Une légère côte nous amène au Castella et à la magnifique tour  Saint  Michel…

Au pied, du nom d’un célèbre docteur et enfant du pays, la place Garrigou fut le point d’ancrage de nombreux réfugiés espagnols et est toujours, par son emplacement, le cadre idéal aux grands rassemblements…

 

C’est sur ce lieu emblématique, chargé de souvenirs, que va se dérouler un spectacle haut en couleur et en musique, par une belle journée ensoleillée, sans oublier que l’automne est bien là, ce qu’un petit vent frais nous rappellera sans cesse…

 

Tour de chauffe sous forme de « Mission impossible… »

 

« Votre mission, si vous l’acceptez,» sera de faire savoir, en bas du quartier, devant  les bistrots et restaurants, que c’est  la journée  de l’association Federico Garcia Lorca…

 Ah que oui, madame la Présidente !...

Nous voilà d’un coup, transformés en gardes champêtres…

La machine a du mal cependant à démarrer…Les soupapes n’obéissent pas à leur ressort…Les cylindres se grippent…Le Start Pilote est dans toutes les poches…

L’arrivée impromptue de nos fidèles amis ganacois, Claudette, Nanie et Pierre, vont mettre un point final aux réglages pour le restant de la journée…

Ravigotés,  nous croisons le cortège d’un mariage, pressé, semble t-il, d’en finir avec les promesses et plus intéressé par les à-côtés habituels…

La terrasse d’un des rares restaurants ouverts, sera l’occasion d’une véritable répétition générale… Cette famille, radieuse et comblée, ne s’attendait pas à une telle aubade…

Emu, le papy nous confie avoir été accordéoniste à une autre époque et avoir sollicité la bonté du promeneur pour améliorer le quotidien…

Nous quittons à regret ce sympathique personnage, sans attention  particulière envers le taulier  qui lui, par contre, a la gueule des mauvais jours…

Plus tard, et malgré nos efforts, nous n’auront pas pu distraire une pharmacienne de son officine…

Que c’est triste Tarascon, un 8 octobre !...

D’un pas décidé, nous regagnons la place, avec un constat mitigé…

 

Maintenant, la voilure va changer !...

¡Vaya !...El espectàculo va a comenzar ...

 

Nous retrouvons la fête, avec au centre, un parquet flottant en guise de piste de danse, une buvette, un marchand de churros, une imposante sono et des rangées de chaises bleues disposées en éventail déjà occupées par de nombreux spectateurs …

Nous prenons en cours un spectacle de danses traditionnelles parfaitement maitrisé par des danseuses ariègeoises, magnifiques dans leurs robes d’apparat, aux sons et aux rythmes de la musique flamenca …

 

A nous l’honneur, maintenant, de tourner la page de ce livre magique…

L’excellente acoustique de la place va nous permettre de nuancer nos morceaux…

Le thème de la journée nous a orienté naturellement vers un répertoire majoritairement hispanisant…C’est donc une succession de pasos, de passe-calle, de tangos qui va être proposée au public d’emblée réactif…

Au gré de nos interprétations nous retrouvons nos sympathiques danseurs de Capoulet qui nous font le grand honneur de danser sur notre musique…

A croire que le show était préparé d’avance…Que du bonheur !...

Nous terminons avec l’incontournable Encantada,  repris par le public averti, clin d’œil à Monsieur Maffrand, pour ne pas oublier qu’il fut, avant d’être le formidable artiste que l’on connaît, professeur de mathématiques à Tarascon…

 

Nous laissons la place à d’autres artistes jusqu’à l’animation de l’apéritif, préliminaire obligé du repas typiquement espagnol…

 

Nous « refaisons le match » autour d’une sublime fideuà, qui prolonge une impression largement partagée d’un travail bien fait…

Privés de nombreux musiciens, mais merveilleusement soutenus par nos fidèles renforts, nous avons pris le challenge comme il le fallait : avec envie !!...

 

A bientôt pour notre BA traditionnelle suivie de notre assemblée générale, rendez-vous essentiel pour poursuivre notre passion … 


Le 18 novembre, « qu’on se le dise !... »

 

Gégé

 

 

Comments