Montréal : l'Aude nous va si bien...

publié le 23 juin 2015 à 10:30 par Banda Bomberos de Ganac

Après Limoux,et l'inoubliable "Toques et Clochers" nous revoilà en terre audoise, aux portes de Carcassonne, à Montréal, pour le festival "Bandas en Malepère"...

Beaucoup de Bomberos conservent un excellent souvenir de leur première participation puisqu'ils ramenèrent en 2007 le prix de "l'affiroulat" (meilleure animation) matérialisé par une très belle trompette...

Assis sur une bosse accueillante, le village est au centre du généreux terroir de la Malepère réputé pour son vin caractéristique et spécifique de la région...


Samedi 23 mai!... On dirait le Nôôôrd!...

Comme souvent par içi, le pays est régulièrement balayé par de multiples courants d'air venus de partout...

Nous aurons droit aujourd'hui, samedi de Pentecôte, à une forte et froide tramontane à... écorner les boeufs...

Après une rapide séance photos, nous nous présentons en formation complète, sur la place centrale, tout prés de l'imposant monument aux morts où nous partagerons l'espace durant tout le festival avec les huit autres groupes aux directives de nos deux sympathiques accompagnateurs ...

Comme d'habitude, notre chef choisira un répértoire très interactif...

Après les standards, le public ravi, remarque avec satisfaction le choix singulier de Mylène Farmer...

La forte tramontane de ce soir éprouve dangereusement notre frêle Santiano au point que, par mesure de sécurité, le capitaine oblige les bouées pour tous...

En peu de temps des joues bombées s'évertuent à gonfler de petits canards jaunes que nous mettrons aux endroits les plus étroits de nos individus car la nature n'a pas eu les mêmes attentions pour tous et, à l'évidence, certains ont des tours de bras aussi gros que des tours de tailles...

Dans l'épreuve, nous laissons même quelques notes de musique dans un  chocolat sans sucre qui pourtant devait nous réchauffer...

Cela n'altère en rien le moral des troupes et emportés par nos deux petites fées,  Anaîs et Julia, nous remettons, dans le froid, le cap vers San Francisco...


Une histoire de corse...

Probablement enivrée par les embruns de la mer, une maman me prend pour un Corse et me prie, la larme à l'oeil, de reprendre le merveilleux chant corse que je sublimai il y a dix minutes...Michel, témoignant de mes vraies fausses origines corses,  appuie cette supplique et nous devons reprendre Hégoac, pensant que le vent avait provoqué un petit décalage et que l'hymne basque à la Liberté suffirait à remettre tout en place...

Et non!...Je suis toujours son Corse préféré et je ne dois mon exil qu'à la poigne ferme d'un gaillard qui vient de comprendre que ce n'est pas la bonne banda...

Ouf!... Quant-à toi, Michel, il faut qu'on se parle !...

La soirée s'achève à une heure avancée...

Le rideau se baisse en même temps pour tous les musiciens...

Nous quittons un public, toujours aussi transi, que nous aurons eu à coeur de réchauffer tout au long de cette première partie...


Dimanche 24!... "On dirait le Sud" ... En début d'été...

Et oui Nino !...Aujourd'hui, ciel bleu, plus de vent  et douce chaleur d'un début d'été !...

Manque de sommeil pour certains, nuit réparatrice pour d'autres, même le chauffeur a le sourire...

A nous Montréal !...A nous les Phacochères cathares !...Aujourd'hui nous avons faim!...

Nos pompiers vont mettre le feu et nous serons tous là, dans l'unique espoir de ne pas l'éteindre...

Il est midi ou presque...Probablement sortie de messe...Trois espaces repérés...

Deux ou trois notes de musique...Casques rutilants et pomponnés...Applaudissements fournis...Présentations élogieuses... Nouvelles photos...Présentateur efficace... "Jacqueline" bien fraîche...Jaunes sans trop d'eau...Plateau repas convivial...Ambiance au top...Trois palmes françaises à Cannes...

Euh! 25 ème à l'Eurovision!... Zut! Pourvu que la tramontane ne revienne pas!...

 

Pitié pas les Canadairs!...

Nous voilà très vite dans le chaudron, encouragés par Madame et Monsieur le Maire de Ganac et par nos amis Christiane et François...

La musique est bonne..."La musique donne"... 

Des regroupements  avec d'autres formations scellent de grands moments musicaux...

Plus de différences, plus de compétitions...Et partout sur la place, le même élan, qui n'échappe à personne et qui sera plus tard le principal propos du président du "Championnat de France des Bandas " de Condom...

 

Vous avez dit "Relève?"...

Le "master class" de l'école intercommunale de musique est annoncé...

Un podium réunit une trentaine de musiciens de tous âges...Comme souvent ce sont les plus jeunes qui attirent l'attention...

L'heure n'est pas aux grandes compositions...Içi la vocation déclarée est l'apprentissage de la musique de rue, tellement convoité par nos chefs et absolument nécessaire à la survie de nos groupes...

Ces musiciens en devenir sont bientôt rejoints par les Phacochères, célébre banda de Montréal, à l'initiative de ce festival, pour nous offrir une aubade exceptionnelle et une mémorable interprétation de Nadau...

 

Enfin les récompenses...

La scène se libère et, en un clin d'oeil, les trophées font face au public...

D'énormes bouteilles de vin de  Malepère et des trophées étincellants entourent la récompense suprême, médaillon doré géant scellé dans un plateau de bois, façon bouclier de Brennus...

Après les interventions officielles teintées de reconnaissance et d'émotion, le présentateur annonce les récompenses étant bien entendu que aucune banda ne sera écartée...

Chaque position est chaleureusement applaudie et nos pompiers participent généreusement aux différents baptêmes par le petit arrosage traditionnel qui fait la joie de tous...

 

Toujours rien pour nous et le podium arrive enfin...

C'est pas le 3...

Puis le micro est tendu à Pierre et c'est dans une explosion de joie que nous recevons le "Phacochère d'Argent", magnifique plateau gravé qui nous rappellera à jamais notre participation au festival...

Ce deuxième prix, récompense un travail collectif, derrière les Follets de Mazirat dans l'Allier, venus en nombre aujourd'hui, tous pupîtres représentés, du piccolo au trombone basse...

Même si ce plateau d'argent trouve désormais sa bonne place sur le présentoir de nos

récompenses, je dédie le petit morceau qui me revient à notre chef Pascal, pour sa générosité et son dévouement au groupe...

"Et c'est pas fini"...

Nous regagnons plus tard notre QG ariègeois, heureux de constater que les portables ont bien fonctionné...

Nous terminons ensemble cette nouvelle sortie mémorable autour d'un petit encas que nos amis de Montréal ont eu la délicatesse de nous préparer pour le retour...

Tu as raison, Steph, aujourdh'ui l'Aude méritait  bien une ôde...

A défaut d'un poème maîtrisé, j'ai posé quelques coups de pinceaux sur une toile encore une fois trop petite...

A très bientôt dans cette région qui nous va si bien...

 

Gégé

 

Comments