Messe de Noël 2018.

publié le 6 janv. 2019 à 13:54 par Banda Bomberos de Ganac

Nous voilà réunis une fois de plus dans la petite église de Ganac, pour l’animation musicale de la messe de Noël, rendez-vous traditionnel, attendu et préparé avec un soin particulier… Ce soir notre répertoire sera complété de quelques nouveautés, tirées des chants traditionnels, donnant au rassemblement un petit air de concert de Noël où tous, petits et grands, trouveront leur bonheur…

 

Mise en place et derniers calages…

 

Accompagné de Lionel et Thibault, récupérés à leur domicile à une heure définie avec une prévision raisonnable, nous laisserons bientôt la plaine appaméenne engourdie dans une grisaille tenace pour un ciel bleu sans nuage avec, en fond de toile, nos majestueuses Pyrénées ariègeoises…

Foix, complètement engorgée par la circulation, consomme  en peu de temps le crédit de minutes octroyé et très vite, l’inquiétude, légitime, gagne le restant de l’équipe déjà sur place…

Enfin arrivés à bon port, les civilités prendront le temps qu’il faudra, mais pas question pour moi d’adresser une vague salutation générale…

Très vite la petite chapelle se comble de musiciens…Nous sommes 18 aujourd’hui et l’installation va s’avérer délicate…

L’horaire nous oblige à commencer les raccords avant que les derniers musiciens, pris eux aussi dans la nasse fuxéenne, ne complètent l’effectif…

En attendant, Yves est à la baguette…

D’un côté du petit autel, notre batteur ne jouera ce soir qu’un seul élément du chariot. Les quatre cuivres resteront plaqués au mur.

De l’autre côté, juste ce qu’il faut pour nos deux basses.

Au milieu, le baryton et le président, au ténor; partageront la rangée avec les deux trombones seuls bénéficiaires  du volume syndical que leur impose leur coulisse.

Le premier rang est laissé aux trois clarinettes et au soprano.

Les deux altos, quant à eux, déborderont légèrement de l’espace et enfin, notre guide clarinettiste dirigera debout…

Ouf ! 18 musiciens dans 17 mètres carrés !...

 

L’ensemble des morceaux est revu en un temps record…

L’acoustique oblige le respect scrupuleux des tonalités…

Une fois les précieuses consignes mémorisées nous aurons très peu de temps pour un relâchement salutaire car l’horaire nous rattrape très vite…

La rosace que j’ai en face, perd de plus en plus de son éclat…

Les premiers fidèles arrivent. Juste l’avance qu’il faut  car, comme d’habitude, les places assises vont être vite prises…

Dans une dernière volée, les cloches annoncent, tel un brigadier, le commencement de la cérémonie…

La foule nombreuse est chaleureusement accueillie par monsieur le curé qui souligne une fois encore le bonheur d’être là ce soir. « Bonheur partagé par tous et surtout par moi, nous dit-il, pour cette messe de Noël que les musiciens vont accompagner »…

Nous apprenons aussi, dans un amusant décompte, que beaucoup de visiteurs étrangers se mêlent ce soir à l’assistance sans compter que, côté musiciens, nous avions, nous aussi, un tromboniste, Québecois d’adoption…

 

 

 

Un répertoire nouveau et majestueux…

 

Nous ouvrons la messe par « Adeste fidèles », hymne traditionnel triomphal et rassembleur, avant d’accompagner les enfants à la crèche avec « Il est né le divin enfant »…

 Un long moment de silence s’en suivra pour nous avant l’offertoire et le majestueux « Minuit Chrétien »... Puis avec la « Belle nuit, Sainte nuit », morceau magique, d’une magnifique résonnance dans cette église bondée, nous accompagnerons, ad-libitum, l’intégralité de la communion …

 

A la fin de la cérémonie, monsieur le curé, que nous avions préalablement mis dans la confidence, invite l’assemblée à s’asseoir pour suivre la prolongation musicale,  avec une attention particulière pour les petits…

Surpris par cette sympathique injonction,  nous entamons une série de quatre morceaux d’anthologie, que nous alignons presque sans coupure, comme si nous avions craint de ne pouvoir retenir le public jusqu’à la fin…

Tour à tour, nous offrirons «Les anges dans nos campagnes», « Vive le vent »,

« La marche des rois mages » et pour finir,  l’incontournable « Petit papa Noël » morceau de circonstance repris par tous…

Ce morceau chavira l’assistance  et une immense ovation s’en suivit …

Enorme sensation que de voir cette petite église archi comble se lever d’un coup pour manifester longuement, très longuement son bonheur…

Dorénavant nous tiendrons compte de ce bonheur partagé en puisant dans notre hotte de nouvelles surprises à consommer sans modération…

 

Le traditionnel vin chaud offert par le comité des fêtes nous permettra de recevoir les témoignages élogieux de notre prestation qui restera longtemps dans les mémoires…

 

A bientôt pour de nouvelles préparations…

Gégé

I

 

Comments