Mazères : la ville qui aime les musiciens...

publié le 30 août 2015 à 13:44 par Banda Bomberos de Ganac   [ mis à jour : 31 août 2015 à 04:47 ]

Le "festival des bandas en basse Ariège" occupe une place de choix au programme des festivités 2015...

Rien de vraiment exceptionnel pour les habitués sauf que, cette année, l’évènement évoque  pour nous, de biens agréables souvenirs...

En effet, notre groupe sortait tout juste des fonts baptismaux quant il reçut, il y a dix ans,  la première reconnaissance d'un talent naissant avec à la clé, en guise de récompense, le disque d'or du festival 2005...

Depuis, c'est toujours avec un très grand bonheur que nous réservons un intérêt certain aux diverses invitations du comité des fêtes et de son charismatique président...

Tel est le cas  cette année, où nous avons pu concilier agréablement notre présence incontournable à la fête de Ganac, avec la demande du président Nico de participer avec huit autres groupes au "festival de bandas en basse Ariège"...


"Mais t'es où? (pas là, pas là...)

Mais  t'es pas là, mais t'es où ?..."

Nous voilà donc réunis en ce samedi 29 juillet sur la place ombragée de la salle des fêtes, dans une foule multicolore de musiciens amis ...

La consigne d'un ralliement individuel ou par covoiturage est pour l'instant respectée...

Cependant, et comme souvent, l'horaire du rassemblement prend de bien inutiles libertés... Notre chef doit souvent composer, sans les cautionner, avec ces perpétuels cadrans déréglés...

Petit à petit le défilé d'ouverture s'organise... Les groupes se mettent en place dans une nonchalance trompeuse...

Pascal rassemble les rouges quand soudain, un mouvement de  panique gagne le groupe tout entier...

Où est Adrien ?...

Nous sommes à quelques  minutes du départ et notre batteur n'est pas au rendez-vous et pire encore, il ne répond pas à nos appels...

Chacun y  va de sa propre inquiétude, puis et malgré soi, de sa propre solution...

Mais quelles solutions ?...

Le constat est sans appel...

On ne peut assurer le contrat sans batteur et il faut  prendre une décision rapidement...

Le silence radio d'Adrien nous rend tous fous...

 

"Mais t'es où?...Mais t'es pas là, mais t'es où?..."

 

La panique est telle qu'on ne réussit plus à avoir d'échanges cohérents entre nous...

J'avoue même avoir imaginé sans scrupule de soudoyer un batteur en sur-nombre d'un autre groupe...

Puis une voix, sortie de je ne sais où :

"Y a un type en rouge avec des tambours devant lui, qui attend sous la halle !..."

Putain !... C'est lui !...

D'un seul coup tout redevient calme, mais calme... Bon dieu quel calme !...

On est où là ?...C'est où Mazères?...Qui c'est Adrien ?...

 

Après le bus de Villemoustaussou, quinze jours avant, qui ne faillit jamais arriver à destination, et aujourd'hui, la fausse absence d'Adrien, je vais demander une dotation spéciale de couches "séniors grande capacité " au Conseil d'Administration pour les prochaines sorties...


La halle aux musiciens...

La sérénité toute entière retrouvée, nous entamons une succession de stations devant de nombreux cafés et bodegas préalablement déterminées par une organisation sans faille...

Nous prenons tour à tour le relais des autres groupes à des endroits différents et le nombreux public accorde chaque fois un accueil chaleureux à nos nouveaux morceaux...

Puis régulièrement notre guide nous ramène à l'angle d'une rue interdite à toutes circulations et exclusivement réservée aux musiciens, où est dressée une immense table garnie des composants essentiels d'un véritable festin, posés là, dans le respect de l'ordonnancement d'un menu que nous découvrons au grès de nos retours minutés...

La soirée se poursuit ainsi sans la moindre fatigue, jusqu'au podium annoncé pour une heure avancée de la nuit...

Deux heures du matin...

La foule encore dense à cette heure tardive, se concentre maintenant sous la halle pour une ultime présentation de quatre de nos meilleurs morceaux...

Comme d'habitude, muni des nouvelles piles révolutionnaires, les piles "Gassiot's Energy® ", Pascal est partout, et surtout  sur les tables...

Enfin un bœuf final avec un dernier Paquito et un dernier Vino  clôturera cette soirée mémorable sur un prochain rendez-vous fixé pour dans quelques heures, en tenue de gala, pour la fin du festival et pour la remise du trophée...

Par principe, il n'y a pas de classement... Cette année, c'est la "News Band " de L'Isle en Dodon qui conservera le trophée pendant un an...

Magnifique groupe avec lequel nous avons partagé les dernières aubades en ce dimanche matin  et avec qui nous avons quitté ce public si reconnaissant sur une magnifique interprétation commune de "l'Envie"...

A l'évidence pour nous, l'envie de revenir souvent ici à Mazères, la ville  qui aime les musiciens...

 

Le spectacle continue à Ganac...

Mazères ne pouvait pas nous laisser partir sans une dernière et copieuse collation,  sous les échos musicaux des  nouveaux récipiendaires du trophée...

Nous tournons lentement la page de ce magnifique rendez-vous en basse Ariège pour une soirée festive où nous bouclerons un long week-end musical avec nos amis ganacois...

Dix huit heures... L'après-midi se prolonge sous un ciel d'azur, prémisse d'une soirée d'une exceptionnelle douceur...

Même si le spectacle touchant de ces enfants avec leur chevaux de bois, attelés à des sulkies à pédales, contribuent  à la féerie de la fête,  pour nous, le bonheur se situe à l'opposé de la place, prés de la buvette...

Ce qui, pendant un court instant, n'est, de loin, qu'une poignée de tenues rouges, s’avère très vite une surprise totale...

Après plusieurs pincements, je dois admettre que je ne suis pas dans un rêve et changer de lunettes ne servirait à rien...

Mais bien sûr, mais c'est bien vrai !...

Qui aurait pu imaginer la présence de nos amis Nadine, Patrick, Cédric, Gérard et Julien en cette fin d'après midi...

Installés en cercle autour de nos batteurs, nous entamons l'animation tant attendue...

Puis , profitant d'une rapide pause, monsieur le Maire, évoque notre  récent succès à Montréal d'Aude et c'est avec fierté qu'avec Pascal, il brandit pour la seconde fois le plateau du " phacochère d'argent"...

Arrive enfin l'évocation tant attendue du concert de Nadau à Beille qui restera longtemps dans nos mémoires...

Pascal, à son tour, rappelle les onze ans des "Bomberos de Ganac" ainsi que les principaux états de service du groupe, sans oublier l'abnégation de tous les musiciens, qu'ils viennent de loin ou de moins loin, pour porter haut les valeurs de la musique de rue sous la bannière de Ganac, petit village d'Ariège, jamais oublié dans notre répertoire ...

Après de sincères applaudissements le show continue, jusqu'à l'apparition d'un bouclier étrangement comparable à des récompenses connues et soutenu par des gaillards en quête d'équilibre...

Je suis peut-être le dernier à comprendre qu'il s'agit là du trophée remporté par l'équipe de rugby qui souhaite à son tour partager la reconnaissance du village...

A  partir de cet instant les joueurs prendront une part active à l'animation, reprenant à tue-tête les airs le plus connus de notre répertoire...

Je me souviendrai longtemps du "refuge" et du "se canto" interprétés magistralement par cette chorale improvisée sur notre musique...

Arrive malheureusement le moment de  quitter ce public inconditionnel...

C'est maintenant autour de notre ami Cédric, au moral d'acier, que nous faisons honneur à l'excellent repas froid offert par le comité des fêtes, juste avant le toujours aussi magnifique feu d'artifice...

Merci à toute l'équipe pour ce rendez-vous incontournable de l'été qu'il nous était impossible d'éviter quelle que soit l'importance de nos autres engagements...

Il devait être écrit quelque part, qu' aujourd'hui, les bons moments devaient se prolonger...

A  très bientôt, en Couserans et dans un autre siècle...


Gégé

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comments