Le chaudron de Lézat...

publié le 9 sept. 2019 à 07:38 par Banda Bomberos de Ganac   [ mis à jour : 17 nov. 2019 à 05:55 ]

Lundi 2 septembre, Lézat s'apprête à clôturer ses fêtes 2019, par le traditionnel cassoulet à la saucisse servi sous les couverts du Moyen Age, conservés dans un état remarquable, de part et d'autre de l'église Saint Jean Baptiste et de son magnifique clocher d'une évidente inspiration toulousaine...

La rentrée universitaire au Québec, la route de la soie en Ouzbékistan, la rentrée anticipée à Mirepoix, la douleur d'un orteil fracturé, et quelques impondérables familiaux font que la feuille de match est incomplète, ce soir, pour cette dernière sortie de l'été...

Par la pensée, toutes et tous, j'en suis sûr, partagerons nos efforts pour que cette soirée soit une réussite...

Nous serons donc vingt cinq, ce soir, et tous les pupitres seront confortablement représentés avec une mention spéciale pour nos huit altos...

Nous sommes accueillis par les "Tzinbools" du comité des fêtes, jeunes gens en tenues d'écoliers aux tee-shirts floqués de l'inscription " La rentrée des Tzinbool's". Débordants d'énergie , nos hôtes sont bien décidés à terminer en beauté ces trois jours de fêtes dans une ambiance de fin de vacances...

Clémence, brunette aux yeux bleus, probablement admise en 6ème, pour rester dans le contexte, semble la préposée à l'organisation musicale de la fête...

Alors que le plus gros de la troupe se rassemble autour de la buvette, Jean Pierre et moi allons rapidement découvrir le parcours et les quelques positionnements que souhaiterait notre jeune commanditaire...

L'essentiel de la mise en scène est retenue... Quelques visions un peu trop personnelles de l'animatrice ne peuvent être validées de suite, sans les écarter totalement, connaissant les grandes capacités de certains de nos musiciens...

D'accord pour les bancs, mais pour les tables, euh, peut-être pas tous et surtout pas en même temps!...

De retour sur l'immense place de la mairie, nous n'attendons plus que le feu vert de l'orchestre chargé de l'accompagnement de l'apéritif, pour une présentation musicale du groupe, en guise de préambule à cette soirée gourmande...

Tournés vers le public nous proposons notre premier carnet comme éventail de notre programme. "Les Copains d'abord" et les chorus qui suivent, tous magistraux, vont ouvrir le débat de belle manière avec une impro remarquée de Thibaut, notre jeune tromboniste, jazzman né, qui, tout en finesse, relève le défi que Jeannou, en complice diabolique, vient de lui lancer...

Puis nous traversons la mairie et la haie d'honneur faite par le comité tout entier...

Vite regroupés après cette sympathique attention, nous gagnons les couverts tout près sur l'air de "Adelita" repris en boucle jusqu'au passage du merveilleux "Tube Citroën" en version plateau, sur lequel l'ensemble des Tzinbool's a pris place pour une arrivée tonitruante au milieu des convives...

Pour nous maintenant, trois heures d'animation commencent...

Plus tard, les deux ou trois rapides pauses apparaîtront un tantinet trop longues pour notre jeune écolière, toujours en quête de mouvement...

Nous proposons aux deux rangées un répertoire maitrisé que nous orientons d'emblée vers des morceaux fédérateurs et très souvent déclinés de tête...Il faut dire que la pression ne nous permet plus d'hésitation et nous trouvons, parfois par miracle, les moyens de nous retrouver sur les refrains archi-connus...

Dans cette ambiance exceptionnelle, " l'Encantada" tient toujours la meilleure place, juste devant le "Vino" qui attire spontanément les candidats à l'apesanteur...

Le cassoulet englouti, ne reste maintenant que l'amusement avec un A majuscule...

Juste après le "Despacito" de Nicolas, le rythme s'accélère malgré nous...

Comme une goutte froide sur de l'huile bouillante, les gens se dressent tels des ressorts à l'entame de chaque morceaux puis se rassoient puis se redressent encore aux premieres mesures de l'autre, et ainsi de suite pendant longtemps, très longtemps...

Maintenant, des bancs se dégagent et la mise en scéne redoutée arrive enfin...

Débordant de globules rouges et déjà nostalgique des hauts plateaux péruviens, notre ami Michel prend le premier de l'altitude sur ces étroits podiums de fortune... Evidemment, Alain et les cuivres ne sont pas loin... Des lèvres tumifiées demandent grâce...

Dans l'ambiance, les frérots changent d'instruments avec une aisance surnaturelle...

De l'alto, au trombone, du trombone à la trompette pour Sylvain; du trombone au barython,du barython à la caisse claire,de la caisse claire à l'hélicon, et retour au trombone pour Jeannou... Au milieu de tous, Claude cogne, cogne et recogne pour que notre seul repère ne soit pas perdu...

Malgré les octaves, la clarinette de Yves, chef du quatuor, a du mal mais le signal est maintenu...

Quel show!...

Les fausses écolières sont déjà sur les tables et maintiennent le rythme comme de vraies pom-pom girls...

"Bella Tchao" puis la "Pitchoury"puis "Mauléon" puis "le coin de France" et en fin le roi "Lion" mettent le feu et nous ne devrons les quelques minutes de recharge qu'à l'annonce du dessert...

Dans ce chaudron inédit, le public magnanime, va cependant nous accorder une ultime pause...

Devant, les piles ne s'épuisent pas...

Quelques gaillards s'emparent de la grosse caisse...

Sans trop d'égard je le reconnais, les recommandations d'usage sont nettes et sans équivoque... L'apprenti batteur me jure sur la tête de sa gamine qu'il n'y aura pas de problèmes... Pierre, à peine convaincu redouble de vigilance...

Notre confiance va bientôt payer...

Stupéfaits, nous assistons à la mise en place progressive d'un claping sublime, à rendre jaloux les plus fervents des supporters Islandais...

C'est sur ce signe de reconnaissance que nous terminons notre animation...

Le public quitte les couverts pour le bal tout proche...

Quant à nous, malgré l'heure tardive, nous n'avons en tête que la promesse de notre part

de cassoulet qui nous sera servie par des Tzinbool's au petit soin...

Tout se finira par des chansons, pas trés recommandées pour de jeunes écoliers...

A la surprise générale, Nicolas ouvre alors un registre inédit et inépuisable...

Tout autour de nous les bancs et les tables se referment dans des claquements caractéristiques...

Bientôt il ne restera plus rien sous les couverts magnifiques...

Maintenant refroidi, le chaudron conservera longtemps le souvenir d'une sortie réussie...

A très vite...

Gégé

Comments