Ignaux : On se repasse les films !...

publié le 15 juil. 2018 à 00:50 par Banda Bomberos de Ganac   [ mis à jour : 16 août 2018 à 09:47 ]

Absolument conquis par la prestation que nous avons faite à Crampagna, le président de l’association  « Vivre à Ignaux » nous avait inclus, d’emblée, dans un projet de découverte de son village sur le chemin de ses nombreuses fontaines…

 

Ce soir donc, nous allons prendre de la hauteur, droit devant, direction Ax-les-Thermes, dans ce charmant petit village, aux maisons de pierres brunes, pour une visite guidée sur le thème des fontaines et de la maîtrise de l’eau en montagne, problème quotidien de nos aïeuls, pour eux, mais aussi et surtout pour leur bétail…

 

« Manon, je t’aime !...Je t’aime d’amour !... »

 

Après les premiers lacets du col de Pailhères nous prenons à gauche vers Ignaux, village typiquement montagnard, mais avec suffisamment d’horizon pour qu’une orientation visuelle puisse être entreprise sans attendre la tombée de la nuit et l’étoile du berger…

Bien sûr, de grossières erreurs peuvent être commises, mais quel bonheur de porter le bonnet d’âne, au moins une fois !…

L’écho que nous renvoient les parois minérales est incontestablement la première surprise que l’on a en sortant de voiture… Même si ce ne sont pas les Alpilles, chères à Marcel Pagnol, nous sommes spontanément tentés de rejouer Hugolin dans « Manon des sources »…

Nous aurons l’occasion de nous amuser avec cet écho en attendant le reste de la troupe, légèrement retardé par une aubade impromptue faite par Claude et une poignée de Bomberos au mariage d’un de ses amis à Savignac…

 

A la claire fontaine…

 

L’accueil est, ici aussi, extrêmement chaleureux…

 

Nous nous retrouvons sous la vaste halle, où, tout à l’heure, seront servis l’apéritif et le repas de bienvenue…Dans l’immédiat, autour de notre chef, nous allons mettre à profit une légère avance sur le chrono  pour tester nos nouveaux morceaux …

Après une rapide relecture, nous constatons, avec enchantement, que « Apothéosis » et « Poupée de cire » pourront maintenant prétendre à une prochaine programmation de notre chef…

Ce tour de chauffe bénéfique se termine près d’un chariot, mi-brouette, mi-Caddie,  baptisé « La Cal butat ! » dont seul le pilotage incombera à son propriétaire…

En fait, le chariot, servira durant le périple, au transport et à la consommation de toutes boissons hors licence IV…

Faute de jaunes ou de demis, nous trouverons donc à chaque station, à ce bar itinérant,  d’honnêtes rafraîchissements sans conséquence sur notre lucidité légendaire…

 

Pour l’occasion nous renouons avec le déplacement en défilé…

Lionel abandonne son lourd et imposant matériel pour une seule caisse claire qu’il portera en bandoulière, façon garde champêtre…Ainsi allégé, les annonces  qu’il proclamera  resteront longtemps dans nos mémoires…

Le parcours n’a rien à voir avec les Champs Elysées et nous arrivons vite à la première pause avec réconfort obligatoire…Derrière, le cortège prend corps et les visages réjouis, sont pour nous le certificat «Assurance Qualité » de ce nouveau challenge…

Notre musique raisonne magnifiquement dans ce décor naturel et dans ces rues étroites…

Ce petit village est de toute beauté, et, comme on nous l’avait assuré, nous découvrons des fontaines dans un état de conservation exceptionnel…Beaucoup sont dans les champs ou les jardins, les unes plus dissimulées que d’autres, mais trois d’entre elles, sont dans le village, et amplifient  merveilleusement la fraîcheur naturelle du site…

 

L’ambiance, quant à elle, ne donne aucun signe de refroidissement…

 

Un circuit, totalement prémédité, nous emmène tout droit  vers un devant de porte, suffisamment grand pour accueillir tout le monde…Le lieu devient vite symbolique car, l’espace étant privé, les boissons reprennent des degrés…D’Andorre ou d’ailleurs, le jaune retrouve subitement sa cote, tout comme Michel, qui retrouve, en guise de béret, un mouchoir en tissus, noué aux quatre coins, comme à l’ancienne, couvre-chef peu élégant mais terriblement efficace…

Notre ami serait-il frileux dans ce léger courant d’air ou soucieux de l’évaporation de ses bonnes idées ?…

 

Nous remercions nos hôtes, à notre façon, avec la ferveur d’un match gagné…

 

 

« Marcello ?... Marcello ?... »

 

Puis une rue étroite, une de plus, nous emmène à la merveilleuse Fontaine Centrale …

 

Devant, un bassin en arc de cercle que limite une large et accueillante margelle. Derrière, un fronton de pierres granitiques à deux pentes recouvert de lierre. 

De part et d’autre, deux jardinières de fleurs, probablement des géraniums..

Tel est le présentoir de l’ancienne fontaine, d’où s’échappe un filet  continu d’eau de source d’une exceptionnelle fraîcheur…

 

Ouais ! D’accord !...Mais c’est quand même pas la fontaine de Trévise, à Rome, me direz-vous !...Quoique !...

 

Alors que devant, dans une ambiance exceptionnelle, l’animation bat son plein, Alain échappe étrangement à tout contrôle radar…Fait rarissime, car le musicien, remarquable boutentrain, est d’habitude partout !…

Les visages hilares et les appareils à photos en action, allaient très vite nous apporter la réponse…

Planté dans la fontaine, Alain fait le show, façon Dolce Vita, le film culte de Fellini...

Ainsi, avec beaucoup d’imagination, mais vraiment beaucoup, Alain prenait la place de Julietta, la pulpeuse Anita Ekberg, dans la magnifique fontaine deTrévise…

« Marcello ?...Marcello ?...»

Eh !... J’ai annoncé de l’imagination !...Alors moi, je refais le film !...

 

Un grand moment de rigolade à consommer sans modération…

Mais l’heure tourne …

 

Ami, il n’y a pas de Marcello

Et Rome ne sera jamais Ignaux !

La fontaine n’est pasTrévise

Alors il faut que tu t’avises !

Sors de l’eau animal

Tu vas attraper mal !

Ecoute donc le carillon

On nous appelle pour de bon !

 

 

Cette visite, peu coutumière, va trouver son épilogue sous la halle pour le pot de l’amitié avec un exceptionnel buffet d’amuses gueules et où, toujours en musique, nous attendrons le repas que les petites mains ont préparé…

 

Nous amuserons encore plusieurs fois ce public si chaleureux…

Un public qui, ce soir, n’était que pour nous et que nous avons retenu jusqu’au bout…

Encore une fois, le groupe s’est donné complètement, comme à la maison, presque entre nous…

Tous les ingrédients étaient réunis pour que la soirée soit réussie…

Nous avons vécu tous ensemble un véritable bouquet de musique de rue …

 

A très bientôt, de retour chez nous…

 

Gégé

 

 

Comments