Ignaux 2019: En passant par les fontaines, avec nos sabots...

publié le 11 juil. 2019 à 07:05 par Banda Bomberos de Ganac

Voilà un an, jour pour jour, que nous découvrions Ignaux, petit village en bas de Pailhères avec ses magnifiques fontaines, fiertés des villageois et proposées aux visiteurs dans un état exceptionnel de conservation ou de restauration...

La très active association "Vivre à Ignaux" organise le premier week-end de juillet une découverte guidée de ce patrimoine particulier, et trouve avec cette déambulation originale, l'occasion d'une rencontre festive supplémentaire, en musique et clôturée, ce qui ne gache rien, par le traditionnel repas de l'amité…

Contrairement aux habitudes, le rassemblement à Foix, manque de sérénité...Perplexes et dépités à la fois, nous constatons beaucoup de défections pour cette sortie aux souvenirs si joyeux et à jamais impérissables...Angines, empêchements de dernières minutes, mais aussi coupable inélégance, participent à l'hécatombe...

Du coup, l'ensemble des pupîtres se trouve fragilisé et la perspective d'une prestation bancale envahit brutalement les esprits...En gros j'ai la trouille!...

Au diable, il y a eu Waterloo, il n'y aura pas Ignaux!...

Après une petite demi-heure de nationale 20, nous voilà d'attaque devant la magnifique et toute neuve salle des fêtes...Nous sommes accueillis avec de chaleureuses poignées de mains et d'immédiates évocations des bons moments passés il y a dèjà un an...Tous se souviennent d'un trompettiste, debout dans la Fontaine Centrale, imposant à sa trompette un gargarisme particulier dont le son gouléyant raisonne encore dans les mémoires...Ce soir le papa n'est pas là mais le fils Alexis, lui aussi trompettiste, transmettra assurément ce sympathique témoignage partagé entre tous...

Nous mettons à profit la préparation de la "Cal Buta", célèbre Caddie/Bar itinérant aux boissons multicolores, pour affiner nos diapasons et laisser libre cours à nos impros, manière d'attendre de la montagne le retour de nos accords...

Au signal, prêts, partons!...Le circuit des fontaines a bel et bien commencé...

Un défilé de joyeux lurons, libre de toutes contraintes , s'ébranle entre les maisons de pierres brunes, de sources en fontaines, de pauses musicales en poses photographiques, de bouchons en capsules, du passé au présent et ainsi de suite, à l'entière disposition du maître de cérémonie, coordonateur suprême de ce pélerinage rafraîchissant...

Nous sortons de cette amusante déambulation sans trop de bosses...

Blottis sur le "Les copains d'abord", nous voguons à vue. Les fonds sont hauts mais:

"Non ce n'est pas le radeau

De la Méduse ce bateau...

N'en déplaise aux jeteurs de sorts,

Son capitaine et ses mat'los

Ne sont pas des enfants d'salauds

Mais des amis franco de port

Des copains d'abord..."

"Patientez un peu, monsieur Charles, on vous emmenera plus tard, pour l'instant ça tangue un peu et Emilie ne sourit plus. Pour le pays des merveilles on attend le "Santiano", resté à quai, voiles affaissées, coulisseaux grippés, manoeuvre incertaine qu'une mailloche bloquée ne peut plus rythmer"...

Qu'importe, nos morceaux traditionnels, remis sur les pupîtres, vont se charger du voyage...

Ce petit coin de France nous rassure!.. Les ananas de la belle nana nous ravigottent!..Suppliée, la belle Adelita, nous laisse danser sur le 6/8 de Mauléon, quelque peu grisés par le Vino Griego et par le temps des fleurs...

Encadré par nos lumineuses trompettistes Justine et Mégane, Alexis, poussé ce soir dans le chaudron, comble avec panache le forfait du papa…

Bientôt la vision réconfortante de quelques tables dressées comme de sympahiques présentoirs du pôt de l'amitié, mettra notre gourmandise en émoi, le temps que monsieur le maire nous rejoigne, à son rythme...Hé!. Y a des manières, non?...

D'accord monsieur le juge mais fallait-il, ce soir, nous imposer pareil supplice de Tantale?...

Dans le regard brillant de certains, je devinais la force irrésistible du diable...

Enfin régénérés par ces délicates mises en bouche, nous rejoignons nos places pour le repas où il sera beaucoup question de la dernière partie du show...

Notre président se veut force de propositions... De nos carnets sortira une dixaine de morceaux, vecteurs d'ambiance assurée... Attentif, Claude prend de furtives notes...

Il ne restera plus bientôt que le choix de l'emplacement...

Allons-nous tester l'accoustique de la nouvelle salle des fêtes, comme le souhaiterait notre hôte, ou allons-nous rester sur le perron éclairé que prolongent deux ou trois larges marches en guise de podium, idéal pour profiter de la douceur exceptionnelle de cette soirée d'été?...

Le choix est vite fait!... Groupés sous le puissant éclairage de l'entrée, nous prenons place façon orchestre de bal...Les cuivres en haut, puis les bois et enfin notre batteur et le chef tous tournés vers les convives encore attablées mais résolument attentives à la reprise de l'aubade...

Le ton est donné...Le choix s'avère gagnant...Tout passe...

Récemment remis sur nos pupîtres, "le refuge" est proposé dans sa version chantée...

Doucement soutenus par la musique, nous sommes une poignée à nous lancer dans ce registre contre-nature...Pardon pour les autres mais je ne me souviens que de Jean Pierre à ma gauche et que de Justine à ma droite, jusqu'au dernier refrain...

Je me souviendrai aussi de la formidable ovation qui suivit, couronnant un morceau de musique magnifique à la gloire de nos montagnes...

Petit à petit l'espace se vide...

Nous quitterons Ignaux sur un dernier Vino. 

En passant par les fontaines avec nos sabots...


A samedi prochain, tout près de Manses,

pour un autre verre, toujours à moitié plein...

Gégé


Comments