Du Salat au Vicdessos…

publié le 26 juil. 2017 à 12:41 par Banda Bomberos de Ganac


Cela pourrait être le titre d’un documentaire…Plus simplement il restera l’introduction d’un nouveau billet qui devrait faire remonter, incontestablement, de merveilleux moments musicaux vécus, il y a tout juste un an, lors d’événements similaires…


 


Mariage de Cathy et Nicolas à Saint Girons…


 


Nous ouvrons le bal, dans un petit coin de France perché sur une crête au nom évocateur de « Ferme de Jeanne », pour animer l’apéritif du mariage de Cathy et Nicolas...


Le lieu est splendide, et malgré un ciel couvert nous avons une vue exceptionnelle, d’un côté, sur le Salat, de l’autre, sur le Baup, petite rivière qui vient grossir les eaux de la première en plein centre de Saint Girons …


 


Pourtant évident sur carte, Il nous fallut bien le balisage discret pour arriver à la « Ferme de Jeanne »…L’endroit n’est vraiment pas conseillé aux candidats auto-stoppeurs…


Nous laissons les véhicules sur un parking organisé pour l’occasion sur une petite prairie qu’a dû nous concéder un troupeau de vaches peu de temps avant…


Une longue et magnifique allée de cyprès ciselés, bordés de buis et de millepertuis, nous guide vers un corps de ferme imposant, évocateur d’une importante activité agricole révolue et transformée depuis, en hébergement de loisir…


Une partie de la cour est occupée par un vaste chapiteau sous lequel se prépare la réception…


 


Nous prenons place sur un large trottoir bétonné, peu rassurés sur les promesses  de la météo locale…


Le timing s’enchaîne très vite et l’arrivée des mariés entourés de leurs invités nous obligent maintenant à repousser ostensiblement toutes tentatives, fussent-elles célestes, de chute de température…


Ce soir on va leur mettre le feu et zut aux handicapés de la fête…


Un répertoire adéquat est mis au service du challenge…


 


La compagnie, pourtant amputée de quelques uns de ses valeureux soldats, va gagner, les uns après les autres, les foyers les plus rebelles du théâtre des opérations…  


Bien sûr il y eût des drapeaux blancs, avec accès libres au ravitaillement…


Puis le rappel permanent du major,  parachutiste émérite, infatigable, que seul, un moment privilégié autour des mariés pour une photo souvenir, va apaiser un court instant…


Calme éphémère qui n’échappe pas à un invité présomptueux… Profitant de la situation, celui-ci tente de  s’emparer du commandement de la compagnie…


Point de mutinerie chez les Bomberos…Pas une seule note, sortie de nos instruments, ne plébiscita ce coup d’état avorté…


Fiiiiinement joué, monsieur l’invité à la chemise blanche, mais il faudra revoir les manuels…


 


L’animation se poursuit  bien au-delà des limites contractuelles malgré de timides tentatives de la jolie mariée pour  rassembler tous ses invités à l’intérieur pour le traditionnel banquet…


De nombreux témoignages de bonheur nous sont manifestés…


Les mariés me confient nous avoir vu  pour la première fois à « il était une fois le Couserans » à Saint-Girons. Dés lors, il était inconcevable pour eux de choisir une autre banda pour animer leur mariage…Ce seront les Bomberos ou rien !...


Il y a des mots qui valent bien mieux que des médailles…


 


Le retour fut mémorable dans le minibus transformé en boîte à musique…


 


Le lendemain, fête de Capulet et Junac…


 


Il y a un an, un mariage nous avait aussi servi de répétition générale avant ces mêmes festivités…


Après une excellente impression laissée, l’an dernier, à un comité des fêtes sous le charme,


la  promesse nous avait été faite de remettre le couvert en 2017…


Promesse tenue puisque la sortie fut une des premières de la saison à être actée…


 


Même programme, mêmes lieux, même ambiance…


Même là haut, les données semblent avoir été imprimées, puisque l’épaisse brume qui entourait encore les sommets à notre arrivée, laissa rapidement la place à un soleil de vacances…


 


Dans la petite église, seul, monsieur le curé a changé…L’assistance, plus fournie, se montre très réceptive à notre répertoire et nous le fait comprendre…


Il est vrai que des morceaux soigneusement sélectionnés et délicatement interprétés dans ce cadre exceptionnel qu’est la chapelle, ne peuvent laisser que des impressions élogieuses et plus encore quand ce sont les Bomberos qui sont à la manœuvre…


 


Le défilé, toujours en bordure de la route départementale, semble étranger aux précautions élémentaires imposées par l’actualité…


 


L’animation de l’apéritif se fait avec un répertoire enrichi de nouveaux morceaux…


 Ici aussi,  Emilie, Santiano, Sister Act, le café des trois colombes et autres standards du traditionnel ou du disco sont attendus par un public impatient et averti…


 


Alors que la fête bat son plein, un couple attire l’attention de Michel, notre clarinettiste…


Une légère hésitation permet à notre ami de se mettre en mode recherche…


Qu’elle merveille quand tous les neurones travaillent dans le même sens…


 


« Ce couple est un couple de danseurs!... Je les ai vus à Ax !...Ils sont formidables !... »


 


Cette certitude ne pouvait me laisser indifférent…Ne dit-on pas que le ridicule ne tue pas ?...


Quelques minutes plus tard, à la surprise générale, après une sélection validée de trois de nos valses, le couple s’élance sur la piste poussiéreuse…


Le tempo soutenu de  « l’Amant de St Jean », du « Café des trois colombes » et de « Mauléon» sublime nos Ginger Rogers et Fred Astaire en herbe…


A la piste près, nous nous serions crus à « Danse avec les Stars »! Pour ma part je mets 10 !...


 


Après la rencontre d’une choriste à Aston et, aujourd’hui, celle de danseurs merveilleux,  il ne manque plus qu’un producteur courageux et un peu bourré pour un plateau télé…


 


De retour sur terre, et en guise de plateaux, c’est sur le podium, que nous partageons un repas froid avant de quitter ce jeune comité des fêtes qui déploie beaucoup d’énergie pour faire vivre son village…


 


A bientôt, à la maison !...


 


Gégé  


 


 


Comments