Castelnaudary : la 11 de der

publié le 12 sept. 2015 à 03:30 par Banda Bomberos de Ganac   [ mis à jour : 16 sept. 2015 à 13:36 ]

Après Limoux, Montréal, Salles et Villemoustaussou, nous revoilà dans l'Aude, à Castelnaudary, en ce samedi 29 Août, pour la 16ème fête du Cassoulet...

Capitale mondiale du Cassoulet, la ville consacre quatre jours de fête à son produit identitaire... Quatre jours d'animations, de restaurations et donc, d'inévitables agapes animées sur les grandes allées aux imposants platanes, qu'un vent d'autan puissant et permanent agite bruyamment...

Cependant, avant d'en arriver à l'animation de la soirée, entièrement dédiée à la gastronomie chaurienne et, du coup, avant d'apprécier l'importance de l'événement pour la région toute entière,  nous aurons à cœur de laisser une empreinte musicale sur les berges du canal du midi, face au port, où se prépare une mémorable compétition de radeaux ...

"Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés..."

Alors que de nombreux spectateurs convergent vers le théâtre des opérations sous un soleil de plomb,nous prenons nos repères sur l'ancien chemin de halage, poussiéreux et  balayé en permanence par ce satané vent d'autan...

En quête d'ombre, nous prenons vite conscience de l’œuvre sournoise et maléfique du chancre coloré sur les platanes qui bordent le canal...

"Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés...", mais de jeunes plantations, emprisonnées dans leur corset de jute, tentent de faire oublier avec bonheur, le spectacle insoutenable de l'abattage de leurs ancêtres...

OFNI (Objets Flottants Non Identifiés)...

Cet après-midi, le canal va perdre sa tranquillité légendaire au profit d' une bruyante et surprenante parade maritime...

D'énormes pédalos, plus loufoques les uns que les autres, parés des logos de leurs entreprises, vont en découdre pour une médaille en chocolat...

Les équipages, hauts en couleurs,  jonchés sur de frêles esquifs propulsés à la force des mollets, tantôt coccinelle, tantôt landau ou autre avion furtif, présentent leur improbable embarcation au verdict d'un public radieux...

La parade est parfois interrompue par la course de jets-skis aux mains de pilotes chevronnés...

Tout ce matériel ne va pas tarder à créer, sur le canal habituellement si paisible, une houle contrariante pour ces rafios d'un jour, et beaucoup de capitaines se retouvent inévitablement à l'eau...

Même les militaires en perdent leur boussole et l'image du Zodiac aux couleurs nationales,  escorté de son équipage à la nage, nourrit quelques piquants commentaires...

Ces images nous rappellent à tous de biens agréables moments, où nous descendîmes le Gave de Pau, sur 17 kilomètres dans une ambiance inoubliable...

En face, sur un podium improvisé, l'organisateur, s'égosille sans résultat, pour lancer le départ qui doit se faire, parade oblige, au son du canon...

La ligne imaginaire ne sera jamais coupée  du bon côté et, en guise de canon, une bombe d'artificier produit exactement le même effet...

A bord, les marins abusent de leur pompe...

Le public amusé apprécie le rafraîchissement ...

 

Qui veut mes bonbons ?...

Nous quittons le canal pour le parking du centre de secours où se trouve notre bus transformé en loge d'artistes, juste le temps d'un changement de tenues ...

Pendant ce temps, les vrais pompiers alimentent la pompe...

La check-list vérifiée, c'est en formation et  "Avec les Pompiers" que nous abordons les allées ombragées où ont pris place de nombreux restaurants aux menus alléchants, tous à la gloire du plat régional...

Nos nouveaux morceaux font mouche malgré le vent qui emporte le son de nos instruments et qui fausse souvent les paramètres de capture des appareils les plus sophistiqués ...

Nous partageons les pauses récupératrices avec d'autres musiciens puis, une fois le tonus retrouvé, nous rejoignons le public attentif...

Alors que nous  prenons les poses sans problème pour des photos ou des selfies, un futur marié, en quête de défis dans sa tenue de petit baigneur, nous propose de goûter à ses bonbons...

Le jeune est bien tombé, car nos joyeux drilles vont tout faire pour que le pari réussisse...

Adrien est désigné pour goûter les fameux bonbons, placés bien au chaud,  dans un endroit inattendu pour des vraies sucreries... Pourvu que le papier ne colle pas...

Drôle de posture que celle d'Adrien, à genoux, la bouche juste à la hauteur, pour recevoir une giclée de "smarties" en guise de récompense...

Devant l'effet produit, l'expérience est proposée à Manu qui... s'enfuit...

Cet intermède hilarant a attiré une foule considérable et nous mettons tout en œuvre pour maintenir l'ambiance avec nos morceaux les plus participatifs...

Notre joyeuse accompagnatrice des Phacochères se prête au jeu... Elle nous rejoint dans la jungle en toute tranquillité, après la mort du lion...

 

"Je suis heureux que vous soyez là, ce soir !..."

Nous terminons notre prestation devant l'orchestre, un peu comme un podium, où nous réservons nos derniers morceaux à un public chaleureux...

Le présentateur tient, pour le groupe, des propos extrêmement élogieux et se réjouit personnellement de notre présence à cette 16ème fête du Cassoulet...

Tour à tour, "l'Envie", "Santiano","I will follow him" et "Emilie" clôturent en beauté cette cinquième sortie audoise...

Encore une fois l'Aude nous va bien !...

Avec ses grands rendez-vous de l'été, l'Aude fait du bien aux musiciens, toujours en quête de sympathie et de reconnaissance...

Que les comités des fêtes, petits ou grands, qui nous ont fait confiance cette année soient rassurés, nous ferons tout, s'ils le souhaitent, pour que notre musique  contribue à la réussite de leurs futurs rassemblements...

Cerise sur le gâteau, c'est au gymnase que nous auront droit à un délicieux repas, avec, naturellement, le célébrissime Cassoulet, celui de Castelnaudary...

Elle n'est pas belle la vie ?...

A bientôt

 

Gégé

Comments