A la santé de Kiki...!

publié le 29 juil. 2014 à 04:53 par Banda Bomberos de Ganac

Ce soir 12 juillet…Et 1, et 2, et 3 zéro…

 

Et dire que nous aurions pu revivre tous ensemble cette mémorable soirée du 12 juillet 1998 où, dans le chaudron du stade de France, nos bleus marquèrent trois buts à une équipe, longtemps réputée invincible mais transformée, le temps d’une finale, en une passoire jaune et verte…

Ce soir, les vainqueurs étaient en rouge… La passoire avait le même manche et, de l’autre côté de l’océan, le slogan était la même : « Et un, et deux, et trois,  zéro »

 

L’évocation de cette épopée ne tempère en aucun moment le bonheur de nous retrouver ici, à Saint Jean du Falga, pour fêter l’anniversaire de notre amie Christine qui partage ses bougies avec deux de ses amis…

 

Michel à l’agréable mission d’accompagner quelques Bomberos égarés à l’endroit de la fête…

C’est donc au stade que nous retrouvons une troupe de joyeux lurons vêtus de blanc et rouge, clin d’œil évident au Pays Basque, le pays qui inventa la fête…

Colette nous précède, dissimulée derrière un magnifique laurier jaune, cadeau de la joyeuse troupe ganacoise…

 

Et un…Kiki la rockeuse…

 

Beaucoup d’amis musiciens de la Banda ou de l’Harmonie ont honoré chaleureusement ce rendez-vous de l’amitié…

Flanqués de nos étuis, une participation musicale improvisée devenait de plus en plus une évidence… L’impatience grandissant, nous nous équipons en un clin d’œil de nos fidèles compagnons et n’attendons plus maintenant qu’un discret top départ…

 

Un répertoire adéquat ressort d’une rapide concertation et reçoit l’approbation sans réserve de Christine…

 

Pour commencer, notre musicienne lance, en solo, le célèbre « Les copains d’abord »…

Au milieu du groupe, Il n’y a d’yeux que pour elle…

Notre première quinqua improvise et impose à son sax des mouvements cadencés en parfaite harmonie avec un déhanché de rockeuse qui donne au morceau  une réelle coloration  rock’n’roll…

 

Nous honorons à tour de rôle cet hymne à l’amitié, que l’assistance reprend spontanément en frappant dans les mains…

 

Et deux…Le Mac Gyver des Bomberos….                  

 

Malgré l’ambiance de fête extrêmement chaleureuse et totalement acquise, nous sommes soucieux du respect du rythme et des astuces pour y parvenir…

Ces petites préoccupations vont subitement trouver une solution inattendue quand surgit le quinqua numéro 2 que nous allons pleinement apprécier…

Le bonhomme retourne une grosse poubelle en plastique, se procure une mailloche de fortune, oriente l’ouverture du récipient pour une diffusion optimale…Quelques boums-boums plus tard, l’essai est extraordinairement convainquant…

Cet instrument inédit de marque « Alibert » et la dextérité de son inventeur, vont nous accompagner jusqu’à la fin de notre aubade…

Nous venons de trouver notre Mac Gyver…Le Mac Gyver des Bomberos qui, le 12 juillet 2014, alors qu’il fêtait ses cinquante ans avec des amis, changea la vocation d’une poubelle…

Nous apprendrons par la suite que l’homme est trompettiste et …qu’il adore les bandas…

Présidente !... Affaire à suivre !...

 

Après cette sympathique animation dont le principal but fut de mettre notre amie Christine sous les feux de la rampe, nous laissons la place à une étrange équipe de rugby entrainée par Alain, impatiente de fouler le verdoyant gazon du stade…

Ils sont une bonne trentaine, là, devant nous, jeunes et moins jeunes, petits et plus grands, en tenue noire et blanche…

Arcboutés sur leurs pieds nus, ils nous haranguent à travers un « haka » provocateur…

La terrible provocation est interminable…

Fort heureusement, le défi n’est pas relevé et le combat cesse faute de combattants…

 

Et trois…Une nounou à l’honneur…

 

Nous voilà maintenant réunis devant  un somptueux buffet que nos hôtes nous offrent jusqu’à plus faim…

Un magnifique intermède attire notre attention…

Une remarquable projection de photos nous présente notre troisième quinqua entourée d’une nombreuse petite famille…

Nous comprenons vite que l’amie est, ou a été, la nounou de nombreux petits bouts de choux…

Que nous soyons étrangers ou pas, nous vivons toujours des moments merveilleux quand ces secondes mamans sont mises à l’honneur, souvent par les gamins devenus grands et immensément reconnaissants…

A cet instant je pense à ma grande sœur qui fut la nounou de quatorze petits…

Bravo madame, vous méritez pleinement cette exposition inattendue…

 

Cette magnifique réunion prendra fin à des horaires très différents…

 

Je réalise à quel point cette série de trois chiffres, 1,2,3, devient intimement associée aux meilleurs côtés de la vie, surtout quand les amis s’en mêlent…

 

Merci Christine, merci Alain pour cette très agréable parenthèse et félicitations pour le choix de vos amis…

 

A bientôt au pays du petit cheval noir.

 

Gégé

 

Comments