« Je te dis que Lauraguel c’est à gauche !... »

publié le 15 juin 2014 à 13:06 par Banda Bomberos de Ganac

Cette année, le comité des fêtes de Lauraguel, petit village de l’Aude, nous a confié l’ouverture des festivités 2014…

En cette fin d’après midi lumineux, nous retrouvons nos amis musiciens dans le bus ariégeois, direction les terres audoises, vers un petit village sorti des vignes, dont on sait seulement qu’il est près de Limoux…

Tout se passe bien jusqu’à Mirepoix, puis…

Notre présidente confie notre destination au guidage électronique qui, à l’évidence, n’a pas les mêmes repères que ceux que nous pouvons lire sur notre chemin...

Nous traversons de nombreuses et magnifiques vignes qui font la réputation de la région…

Les giratoires indiquent des villages mais pas ceux que nous espérions…

L’étonnement va crescendo d’autant que l’unité de temps prend de plus en plus d’importance…

La traversée de la « pétillante » ville de Limoux alimente l’incertitude jusqu’à ce dernier panneau réconfortant…

Lauraguel, c’est à gauche !

Nous voilà soulagés mais les aiguilles de nos montres, maintenant attirées vers le chiffre 7, imposent la préparation des nos instruments dans le bus…

Nous devons montrer une maitrise complète de la situation à nos hôtes qui eux, par contre  ne manifestent aucune inquiétude...

 

« Les copains d’abord… »

L’orchestre de ce samedi termine sa mise en place...

A travers sa table de mixage, le preneur de son dompte, à distance, les énormes baffles qui limitent le podium…

Contrarié par un revanchard vent d’autan, le réglage prend du temps…

Nous en profitons pour faire plus ample connaissance avec les membres du comité des fêtes reconnaissables aux tee-shirts roses floqués du signe de ralliement « Les copains d’abord »…

 

Plus tard et sous la direction de notre chef, nous glorifierons à notre manière, ce slogan fédérateur…

Une fois maitrisés, les aigus et les graves sont maintenant confinés dans une amplitude tout à fait supportable et c’est sur un dernier « 1 - 2, 1-2-3 … » que nous accueillons, comme il se doit les premières villageoises…

Notre aubade se fait en deux parties séparées par un repas préparé et servi par nos hôtes…

Repas simple, typique de ces soirées festives où le désintéressement de quelques uns, en général toujours les mêmes, trouve dans cet instant précis une louable signification …

L’autan redouble et c’est avec beaucoup de dextérité que nous imposons à nos couverts de rester devant nous…

C’est tantôt le verre que nous lestons d’un quignon de pain, puis au tour de l’assiette qui s’enfuit comme un frisbee…De guerre lasse, nous mettons le verre dans l’assiette, puis le vin remplace le quignon, le verre enfin fini par se renverser…sur les genoux de Christian. Heureusement que Nanie assiste au spectacle … Rentrer chez soi avec ce parfum aurait suscité un interrogatoire certain et sûrement une mise en examen rigoureuse…

Nous reprenons la suite du spectacle devant un public nombreux pour la plupart rassemblé autour des longues tables mais aussi accoudé à « l’Estanquet » pariant sur la raclée que la Jamaïque allait nous mettre le lendemain (sic !)…

Notre boute-en-train de Pascal ne tarit pas d’idées pour amuser le monde et c’est avec le « Petit Gonzales » et ses incontournables rebonds que nous emmènerons le public vers une mémorable récréation…

 

Hélas, arrive le moment de se quitter…

Depuis la podium, Pascal lance «les copains d’abord » en remerciement pour l’accueil particulier que ce petit village plein de bulles nous à réservé…

C’est avec cette image de tous les membres du comité des fêtes réunis sur la scène, que nous invitons les musiciens attitrés à poursuivre les réjouissances jusqu’au bout de la nuit …

Nous resterons un long moment, regroupés au pied de l’orchestre, embarqués malgré nous par les rythmes gipsys et par les nouveaux tubes de l’été qui s’annonce… 

« Je te l’avais dit que Lauraguel c’était à gauche en sortant… et nous y reviendrons... »

 

Gégé

Comments